index       Un roman historique bouleversant... L'histoire de Guenièvre débute en novembre 1913, elle a 14 ans ; elle est placée par sa grand-mère depuis 3 ans dans un pensionnat parisien, après la disparition de ses parents.

Guenièvre est une adolescente qui traîne son mal-être dans la gourmandise et un certain embonpoint ; rejetée par ses congénères, elle trouvera tout de même l'amitié en la personne de Pauline (qui promise au jeune Alphonse, ne pense pourtant qu'au couvent...). Dès la veille de Noël 1913, Guenièvre va connaître quelques évènements qui vont l'ouvrir au monde...

Et la guerre débutera, à la veille de ses 15 ans, loin de Paris, aux environs de Château-Thierry dans le manoir en ruine de sa grand-mère, où elle vit désormais en compagnie de celle-ci et de Perpétue, la cuisinière, et de son neveu Edmond, qui sera bientôt mobilisé.

Si la première partie du livre met en place tous les personnages du récit, leur histoire personnelle et leurs réflexions et interrogations sur l'époque, la deuxième partie, elle, s'ouvre sur la réalité de la guerre et de ses conséquences sur chacun d'entre eux.

Entre l'effort et la solidarité des femmes (usines d'armement, infirmières, agricultrices...), et le désespoir, l'horreur et la mort des hommes... une description historique très bien documentée et particulièrement poignante. Et même si la trame de l'histoire est le "don" de guérisseuse de Guenièvre, l'essentiel est ailleurs... dans les réflexions à propos de la haine, l'entraide, la solidarité, l'amour, l'espoir, l'humanité...

Et j'avoue que le journal d'Alphonse (que celui-ci a légué à Guenièvre)... je n'ai pas pu le lire d'une seule traite... il s'en dégage une telle émotion, qu'il faudrait être bien insensible à la douleur des hommes pour ne pas fondre en larmes.

Alors bien sûr, je le répète, mon propre grand-père est parti en août 1914 à la veille de ses 20 ans,  le 7 de ce même-mois... il en est revenu 4 ans plus tard, gazé. Il est mort d'une crise d'asthme, à la veille de mes 8 ans, mais son histoire trouve encore écho en moi. Et dans celle que nous livre Orianne Charpentier, on trouve des réflexions qui collent malheureusement à notre actualité, et que beaucoup devrait méditer...

Et, coïncidence... mon grand-père s'appelait Albert... Charpentier !

EtoileEtoile

Etoile